Onglets principaux

Vous êtes ici

Plus de risques d’arrêt cardiaque au travail à cause du COVID-19

Plus de risques d’arrêt cardiaque au travail avec le COVID

Les recherches montrent que les arrêts cardiaques aigus sont de plus en plus fréquents en dehors de l'hôpital, et donc également sur le lieu de travail. Plusieurs facteurs jouent un rôle dans cette augmentation, mais souvent cela a à voir avec le COVID-19.​ Mieux vaut donc être préparé pour savoir que faire car dans une telle situation, le temps est compté. 

Plusieurs études récentes révèlent une augmentation des arrêts cardiaques en dehors du milieu hospitalier à travers le monde. Des chercheurs rapportent par exemple trois fois plus de réanimations à New York et deux fois plus de cas à Paris.  

 

Plus de problèmes cardiaques à cause du COVID-19 ? 

Les chercheurs attribuent en partie cette augmentation du nombre de cas hors hôpitaux au COVID-19. Tout d’abord, parce que les personnes souffrant de problèmes cardiaques sous-jacents ont plus de risques de complications après avoir été contaminées par le coronavirus. En outre, des personnes en parfaite santé développent parfois des problèmes cardiaques après avoir été infectées par le virus : inflammation du muscle cardiaque, arythmie cardiaque, diminution de la circulation sanguine, etc. Pour finir, la peur de la contamination joue également un rôle : des personnes présentant des symptômes évitent l’hôpital et attendent trop longtemps pour consulter un spécialiste.   

 

Une réaction rapide est cruciale 

La probabilité que vous deviez un jour réanimer un collègue est peut-être faible, mais si vous êtes confronté à un arrêt cardiaque, il est crucial d’agir rapidement. Toute personne correctement réanimée dans les six minutes, avec ou sans défibrillateur, a 50 à 70 % de chances de survie. À chaque minute de plus avant d’être secouru, les chances de survie diminuent de près de 10 %. 

 

Suivez encore aujourd’hui une formation en secourisme  

Une formation est indispensable pour pouvoir réanimer correctement. Continuez de ce fait à suivre des cours de secourisme. En cette période de coronavirus, ces formations peuvent être organisées en toute sécurité, dans le strict respect des mesures en vigueur. 

Le virus augmente non seulement le risque de crise cardiaque au travail, mais il modifie aussi l’administration des premiers secours. Les directives en matière de premiers soins sont adaptées pour éviter une éventuelle contamination et la propagation du virus. Pendant la réanimation, par exemple, il ne faut plus pencher la tête du patient en arrière et il est préférable de placer un linge sur la bouche et le nez de la victime. Les formations en secourisme comprennent désormais de tels conseils. L’utilisation et le fonctionnement d’un DEA peuvent également être abordés. 

Un recyclage en secourisme est non seulement important pour conserver votre brevet de secouriste ou de responsable des premiers secours, mais il permet aussi de sauver des vies. Au travail et en dehors. 

 

Attentia Academy: Formations secourisme

Consultez ici notre offre de formations en secourisme (cours de base et recyclages annuels).

Il est possible de suivre les cours en classe ou en ligne. 

Categorieën

Attentia aide ses clients à construire la réussite

  • Virginie Kaye
  • Kris Lefebure
  • Helga Kunert
  • Didier Hocquet
  • Nathalie Surmon
  • Reginald Verweire
  • Werner Verlinden
  • Matthieu Spruytte
  • Stijn Broucke
  • Aeke Van Den Broeke, HR-Manager
  • Geert Polfliet
  • Peter Van Rooy
  • Jan Heyvaert
  • Erik Debackere
  • Fabrice Langrand
  • Jean-Benoît Scheen
  • Jean-Philippe Ferette & Nathalie Vantieghem
  • Werner Van Der Vurst
  • Eiman El Hmoud & Dankwaart Leen
  • Georg Kelleter
  • Kathleen De Batselier
  • Pascal Escoyez
  • Guillaume Brunin
  • Gary Vercammen
  • Ivo Pareyns
  • Erik Martens
  • Jeroen Vermeire
  • Nathalie Bleyenberg
  • Wouter Benoit & Vincent Yserbyt
  • Marc Van Breda
  • Véronique Vogeleer
2021 ©
Attentia