La fête de la fin du Ramadan, également connue sous le nom d’Aïd al-Fitr, marque la fin de la période de jeûne, au cours de laquelle les musulmans jeûnent du lever au coucher du soleil. La fête de la fin du Ramadan constitue un moment de joie, de gratitude et de rassemblement pour les communautés musulmanes, semblable à Noël ou à la fin du carême pour les chrétiens.


Ce n’est pas un jour férié légal. Étant donné qu’il s’agit d’un jour ouvrable ordinaire, la plupart des travailleurs n’ont pas automatiquement congé ce jour-là. Les travailleurs peuvent néanmoins, à titre individuel, négocier avec leur employeur des accords spécifiques relatifs aux congés légaux ou à d’autres jours de congé (RTT, récupération des heures supplémentaires) afin de fêter la fin du Ramadan. 


Certains employeurs offrent la possibilité à leurs travailleurs de convenir d’horaires flexibles pour les festivités religieuses comme la fête de la fin du Ramadan. Comme il ne s’agit pas d’une obligation légale et qu’aucune règle ou procédure fixe n’existe en la matière, cela peut fortement varier selon les organisations.


Un employeur n’est donc pas dans l’obligation d’accepter des demandes de congé de travailleurs ou des demandes de modification de l’organisation du travail dans le cadre de la fête de la fin du Ramadan. Cependant, il convient de veiller à éviter toute pratique discriminatoire. Il peut être question de discrimination si l’employeur fait preuve de moins de souplesse à l’égard des demandes liées à des célébrations religieuses ou s’il limite les possibilités d’évolution de carrière ou de promotion des travailleurs concernés en raison de leurs croyances religieuses.

Gepubliceerd op13 May 2024