L’employeur ne peut pas interdire unilatéralement l’accès au lieu de travail. D’autre part, conformément à la loi sur le Bien-être, l’employeur est tenu de garantir la santé et la sécurité de tous ses travailleurs.

Ainsi, lorsqu’il y a suspicion de contamination, l’employeur peut demander au travailleur de contacter son médecin traitant. Le médecin du travail peut également être impliqué à donner des conseils par téléconsultation.

Dans l’attente du résultat, l’employeur peut faire travailler le travailleur à domicile, ou si le télétravail n’est pas possible, il peut simplement le laisser chez lui mais doit continuer à lui verser son salaire. 
Si le travailleur a vu son médecin traitant, celui-ci peut fournir un certificat de maladie en cas de symptômes (et de suspicion) de COVID-19 (donc avec 30 jours de salaire garanti), ou un certificat de quarantaine en cas de confirmation de suspicion d’infection (auquel cas le travailleur effectuera du télétravail ou l’employeur pourra invoquer un cas de force majeure temporaire).

 

 

Des questions ?

Vous avez besoin de conseils supplémentaires à ce sujet ?

Contactez nos experts ici


Plus de nouvelles à propos de: Attentia , Prévention et protection au travail , corona

2023 ©
Attentia