L'EU-OSHA a publié un nouveau rapport destiné à anticiper les conséquences de la numérisation sur la sécurité et la santé au travail. Le rapport est destiné à proposer aux responsables politiques, aux gouvernements, aux syndicats et aux employeurs des mesures répondant aux défis posés par les nouvelles technologies.

Le rapport analyse les effets potentiels de la numérisation : robotique collaborative, intelligence artificielle, Internet des objets, véhicules autonomes, bionique, réalité virtuelle et augmentée, technologie portable, mégadonnées, impression 3D et 4D, et plateformes en ligne.

Le rapport prévoit que ce type de technologies influenceront la nature des emplois et la perception du travail d'ici 2025, notamment sur le plan de l'organisation du travail et de la gestion et fourniture de produits.

L'EU-OSHA a dès lors élaborés 4 scénarios de vie professionnelle en 2025, qui tiennent compte du contexte sociétal, technologique, économique, environnemental et politique au sein de l'Europe. Ces scénarios tiennent compte des différences potentielles d'attitude des gouvernements et du public à l'égard de l'évolution du numérique.

Une série d'impacts potentiels que la technologie pourrait avoir sur la sécurité et la santé au travail ont été examinés. Par exemple, le scénario « Évolution » suppose que le rythme de la croissance économique et l'utilisation de nouvelles technologies seront lents, et que le gouvernement se concentrera fortement sur les droits des travailleurs, la protection sociale, la santé et l'éducation.

Des risques pour la sécurité peuvent survenir si les nouvelles technologies ne sont pas mises en place suffisamment rapidement ou si elles sont mal entretenues, en raison de ressources financières limitées.

L'importance d'une politique de prévention psychosociale, de l'ergonomie et des facteurs organisationnels continuera également à augmenter. Le stress reste un risque à surveiller, car la numérisation entraînera :

  • une surveillance accrue des travailleurs ;
  • une disponibilité plus importante (24/7);
  • des changements d'emploi plus fréquents ;
  • la gestion du travail et des employés par algorithmes ;
  • de nouveaux statuts professionnels incertains, avec un nombre croissant d'employés traités comme des travailleurs indépendants.

 

Mais la numérisation à grande échelle ne nous apporte pas seulement de mauvaises nouvelles. Les nouvelles technologies nous offrent également la possibilité de travailler de manière plus sûre dans certaines situations. Par exemple, les gens devront travailler moins souvent dans des environnements dangereux, grâce à la robotique et à l'automatisation.

Afin de relever les défis de la numérisation, l'EU-OSHA propose un certain nombre de mesures et de stratégies telles que :

  • la réalisation d'analyses de risque avancées sur le lieu de travail qui tiennent compte des nouveaux risques ;
  • l'exploitation optimale des nouvelles opportunités offertes par les nouvelles technologies aux employeurs et aux travailleurs en les intégrant dans la politique de sécurité. Les employeurs peuvent, par exemple, intégrer les appareils portables et les mégadonnées à la politique de prévention. 

En outre, EU-OSHA conseille aux entreprises d'adopter une approche et une planification proactives dans lesquelles le travailleur occupe une position centrale. Les responsabilités dans le domaine de la prévention devront également être révisées.

Le rapport peut être consulté en anglais à cette adresse.

 

Source

  • Kristel Weyns, senTRAL Acrualités – 20 décembre 2018

 


Plus de nouvelles à propos de: Prévention et protection au travail , lieu de travail , réglementation du travail , sécurité de travail