Dans les grandes entreprises et les institutions publiques, la participation simultanée à plus d'un groupe de travail est un phénomène ordinaire. Pour les collaborateurs expérimentés, cette approche rend le travail plus stimulant et plus intéressant. Mais dans les mêmes circonstances, les jeunes travailleurs éprouvent souvent un stress néfaste. Ce fait ressort de la conclusion de la recherche doctorale de Joost van de Brake à l'université de Groningue.

Pour les organisations, cette appartenance à plusieurs équipes est une bonne solution pour exploiter les connaissances et compétences de leurs collaborateurs de manière optimale. Mais cette approche contraint les travailleurs à constamment passer d'une équipe à l'autre. C'est notamment le cas lorsqu'ils contribuent à des projets en parallèle en qualité d'expert. L'influence de cette appartenance à plusieurs équipes sur les performances individuelles et le bien-être psychologique dépend beaucoup de l'expérience acquise par les collaborateurs au sein de leur organisation.

 

Ambiguïté des rôles

Les nouveaux collaborateurs d'une organisation ont plus souvent une idée confuse de ce qui est précisément attendu d'eux. Cette « ambiguïté des rôles » augmente lorsqu'ils sont actifs dans un plus grand nombre d'équipes en même temps. Il en résulte une baisse de leurs performances et une augmentation de l'absentéisme. En revanche, les collaborateurs très expérimentés au sein de l'organisation ne ressentent pas cette ambiguïté et perçoivent le travail simultané dans un nombre relativement élevé d'équipes davantage comme un défi positif. Cet état d'esprit améliore leurs performances au travail.

Joost van de Brake recommande aux employeurs de préserver les jeunes collaborateurs durant leurs premières années. Bien qu'à la mode, les stages et les systèmes de rotation ne sont pas la meilleure voie pour eux. Travailler sur différents projets implique d'être confronté à une grande variété d'attentes, de clients, de chefs de projet et de collègues. Une étude a montré que les collaborateurs moins expérimentés, et donc les jeunes, gèrent beaucoup moins bien ces multiples casquettes que les collaborateurs disposant d'une expérience professionnelle supérieure à la moyenne. Chez les jeunes, ce mode de travail engendre du stress et une hausse de l'absentéisme.

Van de Brake affirme que les managers ont tout intérêt à limiter la multiplication des responsabilités dans diverses équipes pour les collaborateurs qui doivent être performants à court terme. Plus tard dans sa carrière, une intégration progressive à un nombre croissant d'équipes peut toutefois être bénéfique pour le collaborateur sur le long terme. Cela lui ouvre de nouvelles perspectives et possibilités dans diverses équipes. Un collaborateur pourra alors en bénéficier une fois habitué au travail simultané dans plusieurs équipes.

Une interview de Joost van de Brake a été publiée sur le site web de l'université de Groningue : « Ambition can be a pitfall for young workers » (L'ambition représente parfois un piège pour les jeunes travailleurs).

 

Sources

 


Plus de nouvelles à propos de: Prévention et protection au travail , risques psychosociaux