En 2017, l'agence fédérale des risques professionnels (Fedris) a reçu 9 087 premières demandes de reconnaissance d'une maladie professionnelle. 8 147 demandes provenaient du secteur privé et 940 des administrations provinciales et locales. Ces chiffres sont restés stables depuis le pic de 2013, année au cours de laquelle 10 134 demandes avaient été enregistrées. Fin 2012, la tendinopathie (plus connue sous le nom de tendinite) a été reconnue comme maladie professionnelle, ce qui a engendré un pic du nombre de nouvelles demandes en 2013. Aujourd’hui, la tendinopathie reste en tête des maladies professionnelles.

 

Les dix maladies les plus fréquentes dans le secteur privé et le secteur APL (administrations provinciales et locales)

Tous secteurs confondus, la tendinopathie est toujours la maladie pour laquelle le nombre de demandes de reconnaissance d’une maladie professionnelle introduites est le plus élevé. Ces inflammations des tendons sont souvent dues à une hypersollicitation de ces structures par des mouvements nécessitant de la force et présentant un caractère répétitif, ou par une mauvaise posture. À terme, une inflammation du tendon peut entraîner une atrophie musculaire, voire une mobilité réduite d'un membre.

Maladie professionnelle Nombre de nouvelles demandes
  1. Tendinopathie 2.982
  2. Atteinte de la fonction des nerfs due à une pression 1.375
  3. Syndrome radiculaire au niveau de la colonne lombaire (sciatique, hernie et
      arthrose de la colonne vertébrale provoquées par le port de charges lourdes et/ou
      par des vibrations mécaniques)
1.310
  4. Maladies osseuses et articulations 1.011
  5. Maladies pulmonaires    834
  6. Perte auditive (due au bruit)    502
  7. Maladies de la peau    488
  8. Affections ostéoarticulaires de membres supérieurs provoquées par des vibrations    291
  9. Atteintes générales, intoxications, maladies infectieuses et maladies internes non
      mentionnées sous d’autres rubriques
   163
10. Maladies du nez, de la gorge et des oreilles (excepté perte auditive due au bruit)      59

Source : Fedris, Statistiques 2017, p. 50

 

Moins de décès

La bonne nouvelle est que le nombre de demandes introduites pour décès continue à baisser. Les principaux acteurs du secteur privé sont encore confrontés à des décès dus à la silicose (pneumoconiose, fréquent chez les mineurs) avec 463 demandes, et diverses affections dues à l'exposition à l'amiante (affections bénignes de la plèvre et du péricarde provoquées par l'amiante) : 31 demandes ; asbestose : 49 ; mésothéliome : 159 ; cancer du poumon provoqué par l’amiante : 50 ; cancer du larynx provoqué par l'amiante : 1). Dans le secteur public, 9 demandes ont été introduites pour décès, dont 8 en lien avec l'amiante.

 

Demandes de reconnaissance

La majeure partie des dossiers (63 %) du secteur privé ont été introduits directement par les victimes. Dans 14,2 % des cas, la demande était initiée par un médecin traitant et dans 7,3 % par un médecin du travail. L'âge moyen d'introduction de la première demande était de 51 ans (53 ans pour les hommes et 48 ans pour les femmes). Ce sont surtout les hommes qui sont touchés par les maladies professionnelles : en 2017, 4 940 hommes ont demandé de l'aide, contre 3 207 femmes.

Dans le secteur public, les femmes sont toutefois plus nombreuses à souffrir d'une maladie professionnelle. En 2017, 588 femmes ont déclaré être malades en raison de leur travail contre 352 hommes.

 

Secteurs à risque

En 2017, les compagnies d'assurances ont dépensé 247 004 038 euros pour venir en aide aux victimes. La majeure partie de ce montant a été octroyée à deux secteurs : le secteur de l’extraction de houille, de lignite et de tourbe (54 738 163 euros) et le secteur de la construction (43 328 236 euros). Après le secteur de la construction viennent la métallurgie (12 899 450 euros), la fabrication de produits minéraux non métallurgiques (12 501 073 euros) et le secteur des soins de santé et de l'action sociale (11 234 326 euros).

Le rapport annuel statistique complet est disponible sur le site Web de Fedris.

 

Sources


Plus de nouvelles à propos de: Prévention et protection au travail , surveillance de la santé , gestion des risques