L’inactivité prolongée est actuellement le troisième facteur de risque le plus fréquemment signalé par les entreprises européennes (enquête ESENER 3, EU-OSHA). Mais de plus en plus de solutions sont mises sur le marché pour y remédier. Sont-elles vraiment utiles ? Quel impact ont-elles sur la réduction de la position assise, la productivité au travail, l'inconfort et les plaintes physiques ?

La position assise prolongée augmente le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète et de décès prématuré. Les employés de bureau sont parfois assis pendant 10 heures par jour de travail et font partie du groupe à risque.

 

Offre croissante

Divers outils sont disponibles au bureau pour réduire la position assise (prolongée). L'attention croissante portée aux conséquences négatives de la position assise prolongée fait qu'il existe un marché croissant de solutions créatives pour faire face à ce phénomène. Les exemples comprennent les bureaux assis-debout, les vélos de bureau, les podomètres, les montres intelligentes et les sièges ballon.

Ces outils ne visent pas seulement à encourager les employés à bouger davantage. Il est également important que le rendement au travail et la productivité ne soient pas entravés. Et, bien sûr, l'utilisation de ces outils ne doit pas se faire au détriment du confort de l'utilisateur. Jetons un coup d'œil sur les outils les plus populaires du moment.

 

Bureaux assis-debout

A court terme (jusqu'à trois mois), les bureaux assis-debout semblent réduire le temps d'assise de 100 minutes par jour ouvrable. A long terme (3 à 12 mois), l'utilisation tombe à un peu moins d'une heure par jour ouvrable. Du côté positif, l'utilisation d'un bureau assis-debout ne semble pas avoir d'influence sur le rendement au travail des employés. En ce qui concerne l'inconfort éventuel, les chercheurs n'ont pas encore découvert d'effets négatifs, mais le nombre d'études dans ce domaine est encore limité à l'heure actuelle.

Les scientifiques ne prennent pas encore position sur la fréquence à laquelle le travail assis et debout devrait être alterné. Cependant, lorsque vous utilisez un bureau assis-debout, il est important d'éviter de rester debout pendant une longue période. Les spécialistes conseillent de ne pas effectuer de travaux statiques en position debout pendant plus de 15 minutes.

 

Vélos de bureau et bureaux tapis roulant

Avec les vélos de bureaux et les tapis roulant, les employés consomment plus d'énergie que lorsqu'ils travaillent assis ou debout. Bien sûr, cela dépend aussi de la vitesse à laquelle ils font du vélo ou de la marche.
Cependant, l'effet positif de l'exercice actif est partiellement annulé par un impact moins bon sur le rendement au travail. En particulier, les tâches de précision (p. ex. le travail sur ordinateur) se détériorent lors de l'utilisation des pupitres de tapis roulant (par rapport au travail assis). Une période d'exercice avec de tels pupitres peut potentiellement atténuer ou éliminer les effets négatifs.

La but de ces postes de travail actifs est donc de ne pas les utiliser pendant de longues périodes et d'alterner suffisamment avec le travail en position assise et debout. Il faut également garder à l'esprit qu'il faudra peut-être du temps pour s'habituer à leur utilisation.

 

Assise active

Les ballons d'assise sont aussi souvent utilisés dans le contexte de la diminution de la position assise. Après tout, les utilisateurs supposent que de tels outils fournissent une posture assise active. Cependant, les recherches ont montré que lors de l'utilisation d'une balle en position assise, autant (ou aussi peu) de calories sont brûlées que lors du travail debout ou assis sur une chaise de bureau normale. L'activité musculaire autour de la stabilisation du tronc ne semble guère plus élevée.

Un autre inconvénient est l'inconfort accru que les employés ressentent lorsqu'ils utilisent un ballon d'assise. Ils ne sont donc pas adaptés à une utilisation de longue durée et ne sont pas non plus préférables à un siège de bureau classique.

 

Outils et podomètres numériques

L'utilisation d'appareils informatiques et d'applications en ligne augmente rapidement sur le lieu de travail. Certaines applications peuvent facilement être utilisées pour prévenir et/ou lutter contre la position assise prolongée. Les rappels via l’agenda électronique, les programmes de pause et les podomètres sont des exemples d'outils numériques.

La caractéristique de ces outils est qu'ils interfèrent tous avec le comportement personnel de l'utilisateur. Les podomètres, de préférence liés à une application, sont généralement modérément efficaces pour réduire le temps d'assise et clairement efficaces pour augmenter le nombre de pas. La recherche montre également que leur utilisation semble diminuer de façon significative à long terme, bien que les participants aux sondages semblent satisfaits de l'utilisation de ces outils.

Nous pouvons donc conclure que les outils numériques méritent certainement une chance dans la lutte contre la station assise prolongée au travail, mais en même temps, ils ne produisent un rendement optimal qu'en combinaison avec d'autres outils.

 

Comment utiliser différents outils en même temps ?

Afin de lutter efficacement contre la station assise prolongée des employés, l'utilisation simultanée de plusieurs instruments est une bonne chose. La recherche scientifique se concentre de plus en plus sur ce que l'on appelle les "interventions à composantes multiples".

Cela implique, par exemple, le placement de places individuelles assis/debout (avec des informations sur leur utilisation et leurs avantages) combiné avec des rappels via l’agenda électronique. En d'autres termes : un composant dans lequel l'environnement est adapté (bureau assis-debout) est combiné avec un composant individuel (rappel électronique).
Bien entendu, la préférence personnelle des employés joue un rôle majeur dans le succès d'une telle initiative. Le fait d'offrir plusieurs outils peut aider le plus grand nombre possible d'employés à réduire leur temps d'assise.

 

Conclusion

L'utilisation de bureaux assis-debout semble être une bonne solution pour réduire le nombre de personnes assises sur le lieu de travail. D'autres ressources telles que les vélos de bureau et les outils numériques sont également précieux. L'utilisation de plusieurs composantes présente l'avantage que chaque salarié a le choix entre différentes options. Enfin, la sensibilisation et l'information des collaborateurs restent essentielles pour convaincre les collègues moins enthousiastes de l'utilité et de la valeur ajoutée de ces outils. Les employeurs et les conseillers en prévention devront constamment relever le défi de maintenir leur utilisation à long terme.

 

Source

Sentral , Geert Van Cauwenberghe 27/01/2020 


Plus de nouvelles à propos de: Prévention et protection au travail , Vitalité , vitalité

2023 ©
Attentia