Onglets principaux

Vous êtes ici

10 questions fréquentes des employeurs au sujet des étudiants jobistes

étudiant jobiste

Ça y est, l’été frappe enfin à nos portes ! Pour de nombreux employeurs, cela signifie qu’il faudra accueillir comme chaque année des étudiants jobistes dans l’entreprise. Un échange de bons procédés, en somme, puisque la réglementation fiscale en la matière avantage aussi bien l’employeur que l’étudiant. Que vous accueilliez cette année des étudiants jobistes pour la première fois ou que vous collaboriez avec des étudiants depuis des années, voici tout ce que vous devez savoir au sujet du travail des étudiants.

 

Qui peut conclure un contrat d’occupation d’étudiants ?

Les étudiants ne peuvent pas tous conclure un contrat d’occupation. L’âge minimal requis par la loi est par exemple fixé à 15 ans, et les conditions ne s’arrêtent pas là. Étudier doit également être l’activité principale de l’étudiant. Les personnes inscrites dans une école du soir ou qui suivent un enseignement à horaire réduit ne répondent donc pas aux conditions légales. Un étudiant qui répond à toutes ces conditions peut encore travailler sous un contrat d’occupation durant la période de vacances qui suit immédiatement la fin de ses études. Les personnes qui ont obtenu leur diplôme en juin peuvent donc travailler comme étudiant jusqu’au 30 septembre et bénéficier d’une réduction des cotisations sociales.

 

Que doit absolument reprendre un contrat d’occupation d’étudiants ?

Contrairement à un contrat de travail standard, le contrat d’occupation d’étudiants doit comporter un certain nombre de mentions obligatoires. Outre les dates de début et de fin d’exécution du contrat, vous devrez également mentionner le lieu d’exécution du contrat, la durée journalière et hebdomadaire du travail, la rémunération convenue, l’endroit où bénéficier de premiers soins et l’endroit où se trouve la boîte de secours.

 

Existe-t-il une période d’essai pour les étudiants jobistes ? Quel est le délai de préavis ?

Les trois premiers jours de travail d’un étudiant sont automatiquement considérés comme sa période d’essai. Durant ces trois jours, l’étudiant comme l’employeur peuvent mettre fin au contrat sans préavis ni versement d’une indemnité. Après cette période d’essai, le contrat d’occupation d’étudiants pourra uniquement être rompu d’un commun accord ou par une notification de préavis. Lorsque la durée du contrat est égale ou inférieure à un mois, le délai de préavis est de trois jours en cas de préavis de l’employeur et d’un jour en cas de préavis de l’étudiant. Lorsque la durée du contrat est supérieure à un mois, l’employeur est cette fois dans l’obligation de respecter un délai de préavis de sept jours et l’étudiant un délai de trois jours.

 

Qu’en est-il des cotisations sociales ?

Aussi longtemps qu’un étudiant travaille moins de 475 heures par an, l’employeur comme l’étudiant bénéficieront de cotisations sociales réduites. Seuls 8,13 % de la rémunération d’un étudiant jobiste seront ainsi versés à titre de cotisations sociales (ou plutôt de cotisations de solidarité). 2,71 % seront à charge de l’étudiant et 5,42 % à charge de l’employeur. Une fois le quota des 475 heures épuisé, l’étudiant devra verser les mêmes cotisations que n’importe quel autre travailleur.

 

Comment le précompte professionnel sur les rémunérations d’étudiants est-il calculé ?

Si un étudiant ne travaille pas plus de 475 heures par an, vous ne devrez, en tant qu’employeur, verser aucun précompte professionnel sur la rémunération qui lui est versée.

 

Existe-t-il des mesures de protection particulières pour les étudiants ?

En Belgique, les travailleurs sont protégés par des mesures de protection telles que la pause obligatoire après six heures de travail ou la limitation du temps de travail. Pour les étudiants jobistes, ces mesures sont plus strictes. La prise d’une pause est obligatoire après quatre heures et demie de travail et un étudiant ne peut travailler plus de huit heures par jour ou quarante heures par semaine. Le travail de nuit est autorisé dans certains cas. En principe, un étudiant ne peut travailler le dimanche et les jours fériés ni prester d’heures supplémentaires.

 

Un étudiant bénéficie-t-il des jours fériés rémunérés ?

Un étudiant peut bénéficier de tous les jours fériés couverts par la durée de son contrat d’occupation. Dans certains cas, les étudiants jobistes ont également droit à des jours fériés qui tombent après la fin de leur contrat.

 

La rémunération d’un étudiant est-elle garantie en cas de maladie ?

Dès son entrée en service, un étudiant a droit à une rémunération garantie en cas de maladie

 

Existe-t-il des revenus minimums à respecter pour les étudiants ?

Lorsque vous engagez un étudiant jobiste et souhaitez fixer sa rémunération, vous devez tenir compte des barèmes spécifiques prévus au sein de la commission paritaire à laquelle ressortit votre entreprise. Si ces barèmes n’existent pas, vous devrez alors vous référer au revenu minimum mensuel moyen garanti (RMMMG) fixé par le Conseil national du travail.

 

Est-il autorisé d’employer des étudiants étrangers ?

En tant qu’employeur, vous êtes tenu de vérifier si un étudiant jobiste étranger a besoin d’un permis de travail pour travailler à votre service et si vous avez besoin d’une autorisation d’embauche.

 

Quelles sont les règles à respecter en matière d’administration du personnel ?

À l’embauche d’un étudiant jobiste, vous devrez introduire une déclaration DOMINA et assurer cet étudiant contre les accidents de travail. Chaque étudiant jobiste a également le droit de recevoir une copie du règlement de travail, une attestation d’emploi, une attestation de vacances et une fiche fiscale 281.10. Lorsque vous préparez ces documents pour votre personnel, n’oubliez pas de tenir compte des étudiants qui ont travaillé pour vous au cours de l’année écoulée.

 

 

Categorieën

Attentia aide ses clients à construire la réussite

  • Kim Faes
  • Virginie Kaye
  • Kris Lefebure
  • Helga Kunert
  • Alain Biyack
  • Nathalie Surmon
  • Jurgen Koster
  • Jürgen Platel
  • Reginald Verweire
  • Werner Verlinden
  • Matthieu Spruytte
  • Stijn Broucke
  • Aeke Van Den Broeke, HR-Manager
  • Geert Polfliet
  • Peter Van Rooy
  • Jan Heyvaert
  • Erik Debackere
  • Fabrice Langrand
  • Jean-Benoît Scheen
  • Jean-Philippe Ferette & Nathalie Vantieghem
  • Werner Van Der Vurst
  • Eiman El Hmoud & Dankwaart Leen
  • Georg Kelleter
  • Kathleen De Batselier
  • Pascal Escoyez
  • Guillaume Brunin
  • Gary Vercammen
  • Ivo Pareyns
  • Erik Martens
  • Jeroen Vermeire
  • Nathalie Bleyenberg
  • Wouter Benoit & Vincent Yserbyt
  • Marc Van Breda
  • Véronique Vogeleer