Onglets principaux

Vous êtes ici

Comment bénéficier d’une qualité d’air optimale lors du retour au travail ?

À présent que la vaccination a atteint sa vitesse de croisière, nous pouvons progressivement envisager un retour à une vie post-Corona. L’un des aspects les plus importants à ce niveau est sans aucun doute le retour progressif au travail. Mais qu’en est-il de l’aération dans le bureau et que pouvez-vous faire pour maintenir une qualité d’air saine ? Nous vous énumérons ici les principaux éléments.

 

Que dit la loi ?  

En matière d’aération dans les environnements de travail, il convient de respecter quelques règles de base. Vous pouvez les retrouver notamment dans le « Code du Bien-être au travail » en matière de qualité de l’air intérieur. Afin de bénéficier d’une bonne qualité de l’air intérieur dans le local de travail, la concentration de CO2 à l’intérieur de celui-ci doit être inférieure à 900 ppm (parties par million). Cela correspond à un débit de ventilation de 40m3 par heure par personne présente dans la pièce.

 

Ventilation technique et naturelle  

La ventilation peut se faire de manière naturelle et mécanique. Afin de savoir si une pièce est suffisamment aérée par le système de ventilation, vous pouvez contrôler les débits. Vous avez probablement déjà documenté ceci. Dans le cas contraire, vous pouvez demander à un conseiller en prévention hygiène du travail de procéder à une mesure du débit de ventilation. Il est ainsi possible de vérifier si le système de ventilation est suffisamment puissant. Supposons que vous disposiez d’une salle de réunion ne pouvant accueillir que 10 personnes assises. Selon la réglementation, le débit de ventilation dans cette salle de réunion doit être d’au moins 400m3/h (= 40m3 par heure par personne x 10 personnes). Le Haut conseil de la santé recommande d’utiliser un maximum d’air frais et d’éviter la recirculation de l’air tant que faire se peut.  

S’il n’y a aucun système de ventilation, une ventilation naturelle peut s’avérer utile. Il suffit pour ce faire d’ouvrir les fenêtres et les portes. Par beau temps, cela ne pose pas de problème. Mais par temps pluvieux ou froid, vous pouvez par exemple ouvrir les fenêtres en position oscillo-battante - si possible - ou ouvrir au moins les fenêtres durant les pauses.

 

Compteurs de CO2

S’il n’est pas possible de ventiler, la mesure continue à l’aide de compteurs de CO2 est un must. Nous recommandons l’usage d’un compteur dans des pièces ventilées également. Comme dit le vieil adage : « mesurer, c’est savoir ». Pour une mesure correcte, le compteur doit être placé au bon endroit dans la pièce. Il convient de la placer de préférence au centre de la pièce et à une distance de 1,5m des personnes présentes.  Si vous envisagez l’achat d’un tel compteur, veillez à solliciter l’avis de votre conseiller en prévention. Il en existe en effet de différents types et qualités sur le marché. Le groupe de travail Ventilation a rédigé un document offrant des conseils sur le choix et l’utilisation de compteurs CO2.

 

Ajustement du taux d’occupation

En procédant à des mesures, vous pouvez déterminer le nombre de personnes pouvant être présentes dans une pièce donnée. 

Une mesure du CO2 peut déjà se révéler utile. En effet, si de plus en plus de collaborateurs retrouvent le chemin du travail, il est important de surveiller de près le taux de ventilation afin d’éviter un taux d’occupation trop élevé. Lorsque les conditions évoluent, il est important d’effectuer une nouvelle mesure afin de disposer d’une vue précise de la situation.  

Si les mesures révèlent que la ventilation ne permet pas un renouvellement suffisant de l’air, il convient alors de réduire le taux d’occupation de la pièce. Un espace de bureau pour quatre personnes pourra par exemple accueillir un maximum de deux collaborateurs.  

Si cela ne suffit toujours pas ou si vous ne disposez pas de suffisamment de pièces pour répartir tout le monde, vous devrez alors investir dans un système de ventilation performant. Une bonne ventilation est également importante lors de la période post-Corona. Elle n’est pas seulement garante d’un environnement de travail plus sain pour les collaborateurs, mais réduit également les risques que d’autres virus classiques, tels que la grippe, ne se propagent.

 

Qu’en est-il des purificateurs d’air et des ventilateurs ?  

Il nous est parfois demandé si un purificateur d’air mobile peut être une solution. Nous suivons ici le conseil du Conseil supérieur de la santé : de tels appareils ne constituent qu’un complément et ne pourront jamais remplacer un système de ventilation digne de ce nom. Vous devez bien sûr vérifier si l’appareil est suffisamment puissant en fonction de la pièce. L’appareil doit également être installé au centre de la pièce et disposer des filtres appropriés (type HEPA) pour la désinfection. De tels systèmes doivent fonctionner pendant au moins 1 heure, et de préférence quelques heures également avant et après le travail pour filtrer l’air complètement. Depuis le 28 mai 2021, les fabricants sont d’ailleurs tenus d’enregistrer leur système de purification de l’air auprès du SPF Santé publique. Si vous envisagez d’acheter un tel système, vous pouvez vérifier ici s’il est enregistré.  

À l’approche de l’été, bon nombre de bureaux s’équiperont d’un ventilateur. Ce n’est pas une mauvaise idée, mais il convient dans ce cas de le placer à proximité d’une fenêtre ouverte afin de faire entre (encore) plus d’air frais.

 

Telewerk

Comment organiser le retour au travail en toute sécurité, en prêtant attention au bien-être et en respectant les règles légales ?

Découvrez-le dans ce récent webinaire. A regarder gratuitement ici.

Categorieën

Attentia aide ses clients à construire la réussite

  • Virginie Kaye
  • Kris Lefebure
  • Helga Kunert
  • Didier Hocquet
  • Nathalie Surmon
  • Reginald Verweire
  • Werner Verlinden
  • Matthieu Spruytte
  • Stijn Broucke
  • Aeke Van Den Broeke, HR-Manager
  • Geert Polfliet
  • Peter Van Rooy
  • Jan Heyvaert
  • Erik Debackere
  • Fabrice Langrand
  • Jean-Benoît Scheen
  • Jean-Philippe Ferette & Nathalie Vantieghem
  • Werner Van Der Vurst
  • Eiman El Hmoud & Dankwaart Leen
  • Georg Kelleter
  • Kathleen De Batselier
  • Pascal Escoyez
  • Guillaume Brunin
  • Gary Vercammen
  • Ivo Pareyns
  • Erik Martens
  • Jeroen Vermeire
  • Nathalie Bleyenberg
  • Wouter Benoit & Vincent Yserbyt
  • Marc Van Breda
  • Véronique Vogeleer
2021 ©
Attentia