Onglets principaux

Vous êtes ici

Réintégration : reprendre le travail après une longue absence

Réintégration

Le nombre (trop) important de travailleurs malades de longue durée coûte très cher à notre société. En ces temps d’économies, une réintégration rapide est dès lors indiquée. Plus la période de maladie est longue, plus le travailleur a besoin de soutien et moins il y a de chance qu’il reprenne effectivement le travail. Mais l’inverse est vrai aussi : plus la réintégration est rapide, plus la probabilité de réussite est élevée.

 

Nouvel AR sur la réintégration depuis l’an dernier

Le nouvel arrêté royal sur la réintégration des travailleurs en incapacité de travail est entré en vigueur le 1er décembre 2016. Depuis lors, les médecins-conseils de la mutualité doivent évaluer, au cours des deux premiers mois d’absence, si les travailleurs sont aptes à réintégrer le marché de l’emploi, éventuellement via un travail adapté.

Le nouvel AR vise à faire prendre conscience aux travailleurs que pour leur bien-être, ils ont tout intérêt à reprendre le travail le plus rapidement possible, sans quoi ils risquent l’isolement social. Pour l’employeur également, la réintégration progressive ne présente que des avantages. Remplacer un travailleur malade engendre en effet des coûts supplémentaires.

 

La demande

La demande de reprise du travail peut être introduite aussi bien par le travailleur lui-même que par son médecin traitant. Cela peut s’avérer très difficile pour le médecin, étant donné qu’il risque ainsi de perdre son patient. C’est pourquoi il envoie souvent la demande de reprise du travail au conseiller en prévention-médecin du travail. Celui-ci évalue alors si le travailleur est apte à reprendre le travail, éventuellement moyennant un travail adapté ou à temps partiel ou dans une autre fonction.

 

Refuser la réintégration ?

La réintégration a en principe toujours lieu sur base volontaire. En cas d’absence de plus de quatre mois, l’employeur est toutefois habilité à demander lui-même un trajet de réintégration pour son travailleur malade. Si ce dernier refuse la réintégration, le médecin du travail envoie alors un rapport au médecin-conseil.

Si le médecin-conseil juge à ce moment-là que le travailleur ne présente pas une incapacité de travail de plus de 66 % et que le travailleur refuse toujours la réintégration, ce dernier a uniquement droit à une allocation de l’ONEM.

 

Réintégration réussie

Une réintégration réussie est une responsabilité partagée de l’employeur et du travailleur. Les médecins traitants jouent aussi un rôle majeur dans ce processus, en ce sens qu’ils ne peuvent pas maintenir leurs patients trop longtemps en arrêt de travail.

Sur la base de l’avis du médecin du travail, l’employeur établit un trajet de réintégration. Si un travail adapté ou différent n’est pas possible, l’employeur le motive dans le rapport. Un travailleur déclaré définitivement inapte à reprendre le travail chez son employeur peut être reconverti à un autre métier via le VDAB/le Forem.

 

formation de la réintégration

Menez votre taux d’absentéisme vers le bas grâce à un plan de réintégration mûrement réfléchi

Attentia vous aide à définir une politique d’absentéisme et de réintégration durable où la santé, la vitalité et l'employabilité sont essentiels. Découvrez notre approche et la façon dont nous pouvons faire descendre votre taux d'absentéisme ›

Categorieën

Attentia aide ses clients à construire la réussite

  • Virginie Kaye
  • Kris Lefebure
  • Helga Kunert
  • Didier Hocquet
  • Nathalie Surmon
  • Reginald Verweire
  • Werner Verlinden
  • Matthieu Spruytte
  • Stijn Broucke
  • Aeke Van Den Broeke, HR-Manager
  • Geert Polfliet
  • Peter Van Rooy
  • Jan Heyvaert
  • Erik Debackere
  • Fabrice Langrand
  • Jean-Benoît Scheen
  • Jean-Philippe Ferette & Nathalie Vantieghem
  • Werner Van Der Vurst
  • Eiman El Hmoud & Dankwaart Leen
  • Georg Kelleter
  • Kathleen De Batselier
  • Pascal Escoyez
  • Guillaume Brunin
  • Gary Vercammen
  • Ivo Pareyns
  • Erik Martens
  • Jeroen Vermeire
  • Nathalie Bleyenberg
  • Wouter Benoit & Vincent Yserbyt
  • Marc Van Breda
  • Véronique Vogeleer
2021 ©
Attentia